Recherchez sur notre blogue

Recherche  

  • Les Jeux de Bri-Bri Inc. |  Des mots plein la bouche
  • L
  • Parcours d
 
         
 
 


RetourQu’est-ce que le mutisme sélectif?

On parle de mutisme sélectif lorsqu’un enfant a la capacité de parler et de comprendre, mais qu’il ne parle pas dans certaines situations spécifiques et ce, de façon persistante (i.e. plus d’un mois). L’enfant demeure muet alors qu’il est tout à fait capable de parler dans des situations plus familières où il se sent à l’aise. Il développe une peur de parler hors du contexte familial et ce phénomène s’observe très souvent à l’école.

Le mutisme sélectif est considéré comme un trouble anxieux de l’enfance et serait souvent associé à de la phobie sociale. En gardant le contrôle sur sa parole et en demeurant muet, l’enfant réduit ainsi son anxiété. Ce trouble toucherait environ 7 enfants sur 1000, dans une proportion similaire de filles et de garçons, et apparaîtrait généralement autour de l’âge de 5 ans. On retrouverait également du mutisme sélectif à l’âge adulte, mais peu d’études ont été réalisées sur cette clientèle. Par conséquent, on ne dispose de peu de chiffres sur la prévalence du mutisme sélectif chez les adultes.

Les causes du mutisme sont encore méconnues et serait davantage le résultat de plusieurs facteurs et non d’une cause unique. Par contre, on retrouverait fréquemment une histoire familiale de timidité accrue ou de phobie sociale chez les parents.

Je vous suggère fortement d’aller consulter un site génial sur lequel je suis tombée récemment, créé par l’organisme « Ouvrir la voix »



publié par: Brigitte Chaput | Orthophoniste | Les Jeux de Bri-Bri Inc.


D'accord et pas d'accord... A mon humble avis, l'enfant ne "choisit [pas]de refuser de parler, ne décide [pas] de demeurer muet, ne garde pas le contrôle de sa parole en demeurant muet", mais oui, développe une peur de parler. Il subit, et est le premier à le faire, les effets de ce blocage ; un de ces effets est l'augmentation de la pression de l'entourage pour qu'il parle. Et cette pression renforce le blocage... c'est un peu caricatural, mais on l'observe souvent, peut-être du fait du malaise que provoque chez l'adulte, parent ou enseignant, un enfant qui ne parle pas.
D'après ce que je retiens de Mme Arlette Osta, et mes observations cliniques, le mutisme sélectif s'inscrit fréquemment dans un tableau de bégaiement. Du coup,on obtient de bons résultats en mettant en place , comme pour le bégaiement, une guidance parentale concernant la communication. Guidance dont un des buts est d'amener l'entourage à réduire considérablement la pression temporelle et linguistique qui s'exerce sur l'enfant.
En ce qui concerne l'étiologie du mutisme, j'ai l'impression qu'elle se rapproche aussi de celle du bégaiement, par son côté multifactoriel par exemple, mais pas seulement.
Espérant avoir apporté de l'eau au moulin...

commenté par: Florence le 06-01-2011

Merci Florence pour votre commentaire...Mes prochains articles porteront justement sur les autres troubles associés au mutisme sélectif et comment intervenir. Vous avez bien raison, le premier mot d'ordre est de NE PAS FORCER L'ENFANT À PARLER!!!

commenté par: Brigitte le 08-01-2011

Bonjour à tous :-)

Je vous encourage à venir consulter notre site www.mutismeselectif.org et à nous contacter si vous voulez vous renseigner plus amplement au sujet du mutisme sélectif, et surtout sur les techniques à utiliser pour aider ces enfants ou ces jeunes à surmonter leur peur de parler.

«Ouvrir La Voix » est une association internationale francophone qui s’est donnée pour but de sensibiliser les divers intervenants (familles, enseignants, professionnels) à la problématique du mutisme sélectif et de leur venir en aide.

Pour cela, nous mettons à la disposition de toute personne intéressée un certain nombre de documents disponibles sur notre site, notamment :

‘Comprendre le mutisme sélectif’, Par Dr Elisa Shipon-Blum,
Traduit par Valérie Marschall,
Edition Chronique Sociale, 2009.
(14€ prix éditeur)


• ‘Aider son enfant à surmonter le mutisme sélectif’,
par Angela McHolm, Traduit par l’association Ouvrir La Voix, Edition Chronique Sociale, 2011 (14,20€ prix éditeur).



• Articles de professionnels et dépliants
Traduits ou réalisés par l’association.

• Kit Écoles,
Guide créé par OLV, basé sur les stratégies d’aide préconisées par les spécialistes du MS et sur l’expérience des membres du CA de l’association, pour mettre en place les stratégies d’intervention en milieu scolaire.
(Gratuit sur demande)

A bientôt :-)

Bien amicalement,

Valérie Marschall
Présidente d' OLV
association@ouvrirlavoix.org

commenté par: Valérie Marschall le 26-01-2011

partagé

commenté par: Valérie Selve le 26-01-2011

Merci!

commenté par: Les Jeux de BriBri le 26-01-2011

Bonjour, j'ai été atteinte de mutisme sélectif dans mon enfance et je tiens à appuyer la rectification de Florence, à savoir que l'enfant ne choisit rien du tout volontairement mais subit un blocage qu'il ne comprend pas et qui le fait souffrir. N'allez pas mettre dans la tête des gens l'idée fausse que leur enfant ne parle pas parce qu'il ne veut pas, par pitié !

commenté par: Melanie le 16-09-2011

Bonjour,
Je suis d'accord que l'enfant faisant du mutisme aimerait plus que tout au monde parler plutôt que garder le silence. Je n'ai jamais fait de mutisme, bien que j'étais extrêment timide en bas âge. Par contre, j'ai connu quelques enfants mutiques en travaillant en milieu scolaire et je reconnais qu'ils semblaient en souffrir. Ils ne souriaient jamais et affichaient toujours un air triste. Puis, le jour où ils se sont mis à parler, je peux vous confirmer qu'ils retrouvaient enfin leur magnifique sourire!!! Je vais donc modifier un peu la phrase de mon texte afin de m'assurer que je ne choque personne...c'est loin d'être le but de mes articles! Je reconnais que ces enfants ont à surmonter un énorme défi.

Je tiens toutefois à vous informer que dans la prochaine version du DSM, j'ai entendu dire qu'on classerait le mutisme sélectif dans les troubles d'opposition... À suivre, mais je crois que ça soulèvera des débats!!!

commenté par: Brigitte le 21-09-2011

Bonjour,  
J'ai lu avec beaucoup d'attention vos commentaires.  Ma fille ne parle pas à l'école, ne dit ni bonjour ni au revoir.  Mais à la maison, elle est une vrai piplette, parle beaucoup et fort quand il s'agit de s'amuser.  Mais dès qu'il s'agit de lire ou de travailler elle se tait. Et ceux même à la maison pour les devoirs.  Elle est en classe de CP, et la maîtresse me dit qu'elle ne participe et ne lis pas quand on lui demande de le faire.  En conséquence, pour passer en CE1, elle ne sait pas si ma fille sait lire.  Et si elle ne sait pas elle ne pourra que redoubler.  Avez-vous un avis sur ce problème ?  Je vous remercie d'avance pour vos conseils.  
Thierry


commenté par: Thierry le 22-01-2015

Bonjour, 
Pour votre fille, comme elle ne parle pas à la maison lors des devoirs et des leçons, ça me questionne...est-ce parce qu'elle présente de réelles difficultés d'apprentissage? Pour l'école, c'est toujours difficile pour l'enseignante d'évaluer votre fille en lecture, si elle n'a pas la chance de l'entendre lire. Votre fille accepterait-elle d'être filmée par vous durant une lecture à la maison? Il y a beaucoup de commentaires et conseils intéressants pour les parents dans ma chronique "le mutisme sélectif et les parents". 
Bonne chance!


commenté par: Brigitte le 09-02-2015

bonjour a tous mon fils de 4 ans en MS a une forme de mutisme selectif car à la maison il parle bcp mais a l'école il ne parle pas assez avec ses deux maitresses. Je me pose bcp de question pourqoi il n'y arrive pas? avec les copins il parle, joue mais des que qu'il ya sa maitresse plus rien. par contre quand la maitresse l'interroge il parle. Quand il ne comprend pas il ne demande pas, en effet, des qu'il fini un trvaille donné par sa maitresse il léve la main.

A la maison je lui met confiance en lui disant il faut tu racontes ton week end a l'école lundi dernier comme il fait bcp de sortie au musée avec son papa; il va me dire oui maman je vais raconté mais au final il ne le fera pas. par exemple il récite toute l'alphabet, compte jusqu'a 50 et peut placer une dizaine de pays sur une carte du monde: exemple il commence souvent par le canada, les etats-unies, le bresil, la france l'allemagne, le senegal, l'afrique du sud, madagascar, la russie, la chine, et l'australie. il a bcp de connaissance par exemple dés qu'il a terminé de faire un dessin ou du coloriage il va me dire maman appelle moi les lettre pour écrire par exemple mamie, tonton maman, papa, et aprés la date et il va tout écrire. Un autre exemple il connait les planettes, les drapeaux de la france, du senegal, l'allemagne, la suisse....
Il me raconte les histoires comme pierre et le loup, les trois petits cochons, la petite grand mère mais dans son cahier d'évaluation la maitresse a écris mon fils ne sait pas raconter un histoire et il ne sait compter jusqu'a 18 et en réalité il savait compter jusqu'a 20 depuis la créche.
Ma collègue m'a dit que mon fils s'ennouille à l'école car il avait bcp de connaissances lors de sa premier année de maternelle et cette année il est MS.
aidez moi j'en ai besoin

merci a tous ramma

commenté par: ramma le 17-03-2015

Bonjour Ramma,
Ce n'est pas parce qu'un enfant fait du mutisme sélectif qu'il est moins intelligent qu'un autre enfant. À lire vos exemples, il semble plutôt doué! Par contre, comme il ne parle pas en classe, il ne peut malheureusement pas démontrer à l'enseignante toutes l'étendue de ses connaissances et ses capacités. Comme le mutisme sélectif est une problématique méconnue, l'enseignante ne sait peut-être pas comment interagir avec lui et surtout comment faire pour évaluer ses capacités. Elle se sent certainement démunie autant que vous... C'est pour cette raison qu'il est important d'informer les intervenants à l'école qui côtoient votre fils tous les jours. Je vous suggère d'aller lire les autres chronique sur notre blogue et particulièrement celui destinée justement aux enseignants:
http://www.blogorthophonie.com/chronique-2200
Il y a également plusieurs documents très pertinents pour sensibiliser les gens au mutisme sélectif sur le site suivant: http://ouvrirlavoix.sitego.fr/
Bonne chance!

commenté par: Brigitte le 02-04-2015

Bonjour ma fille de 6ans en cp ne parle pas en classe passe ses journées avec ses mains devant sa bouche na pas de petite copine sa maitresse ne sachant pas quoi faire elle est passé par tout les stades(la patience.la colère.l envoyé dans une autre classe)elle ma envoyer au CMPP et la psy ma dit que c'était du mutisme sélectif mais sen plus d'explication je sais pas quoi faire je suis triste de savoir ma fille comme ça alors que a la maison elle parle elle recite ses poésie lis bien mais pareille sa maitresse ne pouvant pas levaluer veut la faire redoubler et j'ai peur que ça la bloque plus car elle travail bien a la maison merci de me conseiller

commenté par: vanessa le 26-04-2015

Bonjour Vanessa,

Comme parent, vous jouez un rôle indispensable. Voici quelques conseils pour aider votre fille à surmonter son mutisme :

 -La sensibilisation de l’enseignante à ce qu’est le mutisme sélectif et des attitudes à adopter pour faciliter la communication et par conséquent, diminuer l’anxiété de votre fille. Je vous suggère de lire la chronique sur le sujet : http://www.blogorthophonie.com/chronique-2200.
Il y a aussi un document destiné aux intervenants scolaires de l’organisme Ouvrir la voix: http://ouvrirlavoix.sitego.fr/fichiers_sites/25617/depliantecolenew.pdf. Il faudra aussi bien avertir l’enseignante et les divers intervenants scolaires que les progrès sont souvent subtils au fil des jours et que chez certains enfants plus d’un an peut s’écouler avant qu’ils deviennent à l’aise à l’école avec les élèves et les adultes. Tous doivent donc s’armer de patience!

 -Des visites à l’école sont une façon très efficace, si celles-ci sont bien planifiées et si au départ, l’un ou les deux parents sont présents. Je vous suggère de commencer à vous rendre sur la cours d’école durant le weekend, les jours de congés ou en soirée et de vous amuser à une activité ne demandant pas nécessairement la parole. Par exemple, vous pourriez jouer au ballon, à la corde à danser ou à la marelle. Ne dites surtout pas à votre enfant que c’est dans le but qu’elle parle car ça lui mettrait de la pression. Dans un deuxième temps, vous pourrez lentement commencer à entrer à l’intérieur des murs de l’école, mais avant ou après l’école ou lors de journées pédagogiques, pour éviter les heures d’achalandage où votre fille risque d’être vue et entendue de ses camarades. Évitez au départ sa classe, qui représente le lieu le plus « stressant » pour votre fille. Privilégiez des endroits qu’elle fréquente peu ou pas, en progressant lentement vers des lieux plus connus (ex. : bibliothèque, gymnase, salle de musique, etc.) et pour finir avec sa salle de classe. À chaque visite, organisez une activité qui ne demande peu ou pas de parole (ex : bricolage, lui lire une histoire, résoudre des devinettes, jeu de cartes ou de table) en progressant vers des choix d’activités requérant de plus en plus de parole (ex : élaborer des devinettes, répondre à des questions, expliquer un jeu, raconter une histoire).

 -Des invitations à la maison d’amis, de préférence des camarades de sa classe, est une excellente façon de briser la glace. Si elle n’a pas de copain, choisissez des d’enfants de sa classe dont votre fille vous parle souvent en bien ou dont vous avez l’impression qu’elle aimerait développer une amitié. Lors des premières visites à la maison, privilégiez des activités qui ne nécessitent pas de parler (ex. : bricolage, cuisiner une recette, peinture, coloriage, jeu de mémoire, jeu « Cherche et Trouve ») et soyez présent afin d’agir comme intermédiaire. Votre fille ne parlera peut-être pas lors de la première visite, alors il peut être pénible pour le compagnon de parler et de ne recevoir en échange que des silences. Commentez ce qui se passe et faites participer votre enfant de manière non verbale. Surtout, ne mettez aucune pression à votre enfant en lui disant des commentaires tel que « Tu dois parler à ton amie sinon elle ne voudra plus revenir et tu lui feras de la peine.» Après quelques rencontres, votre fille commencera sûrement à émettre quelques mots, ce qui vous permettra d’introduire des activités plus verbales. Sachez que même si votre fille parle à la maison à des camarades de classe, elle ne va pas nécessairement se mettre à leur parler à l’école. Par contre, ces enfants joueront peut-être un jour un rôle clé à l’école. Ce sera sûrement à ces amis qu’elle s’adressera en premier!

 -La participation à des activités communautaires (ex. : cours de karaté, de danse ou de gymnastique, activités de lecture à la bibliothèque, fêtes de quartier) ou des activités parascolaires qui requiert peu ou pas de parole peut aussi être une bonne façon d’encourager votre fille à vivre des expériences diverses et interactives avec des enfants. Pour augmenter les chances qu’elle se mette à parler à l’école, privilégiez les activités où il y a des enfants de sa classe qui y participent aussi.

Bonne chance!

commenté par: Brigitte le 21-05-2015

Bonjour,
Je me demande si ma fille ne serait pas concernée par le mutisme sélectif...
Je m'explique: c'est une pipelette à la maison, elle n'arrête pas. ..
Avec certains amis ou la famille, c'est pareil, par contre, avec d'autres amis (ceux qui font moins d'efforts pour aller vers elle), elle ne décrochera jamais un mot même si on lui pose des questions qui l'intéressent...
Sa maîtresse de PS m'a dit en insistant très lourdement qu'elle était très très très calme à l'école. Sur son bulletin, il est noté qu'elle ne participe pas du tout oralement, qu'elle doit prendre confiance en elle...
Elle a qq copines, mais si un autre enfant s'adresse à elle alors qu'il ne fait pas partie de son cercle de copine, elle ne répondra pas...
Elle veut tjrs manger à côté de l'ATSEM...
Bref, je me sens un peu démunie, pourtant je ne la force jamais à dire bonjour, je lui fais juste noter que c'est important d'être poli...

commenté par: aurélie le 13-08-2015

Bonjour,
D'abord, ce sont généralement les pédopsychiatres ou les psychologues/neuropsychologues qui peuvent conclure au diagnostic de "mutisme sélectif". Toutefois, que votre enfant soit mutique ou présente une timidité extrême, je pense que vous pouvez utiliser les mêmes conseils. Je vous propose d'aller lire plusieurs de nos chroniques sur l'onglet .Orthophonie", puis cliquer sur "Mutisme Sélectif". Vous y trouverez entre autres, des conseils pour l'enseignante et pour vous, parent!

Je vous encourage également à consulter le site www.mutismeselectif.org et à les contacter si vous voulez vous renseigner plus amplement au sujet du mutisme sélectif, et surtout sur les techniques à utiliser pour aider ces enfants ou ces jeunes à surmonter leur peur de parler.

Bonne chance!

commenté par: Brigitte le 24-09-2015

salut,je me présente,je suis médecin marocain et j'ai un enfant agé de 5 ans et 3 moîs,et qui présente un mutîsme permanent,c'est une enorme souffrance.je sais qu'il peut parler puisqu'il prononce parfois des lettres ,parfois méme des mots compliquès ( sponge bob squarpant ) mais c'est impossîble de lui faire repeter des mots simples comme baba ou mama,c'est trés dur tout en sachant qu'îl ne souffre d'aucun trouble autistique.je ne saîs quoi faire,j'ai tout essayé,les pedopsy,orl...actuellement il est en cm et fait 2 seances chez orthoph.merci de m'aider

commenté par: riad le 15-01-2016

AJOUTER UN COMMENTAIRE  |  PARTAGER Partager sur Facebook Partager sur Twitter
 
 

Les Jeux de Bri-Bri Inc.

Symbolicone - Jeux pour stimuler le développement du langage

Caouette, Hélène Orthophoniste







Parcours d
 
 

Pour tout commentaire, suggestion ou question à propos du blog ou bien pour mettre une annonce,
vous pouvez nous contacter à