Recherchez sur notre blogue

Recherche  

  • Parcours d
  • Les Jeux de Bri-Bri Inc. |  Des mots plein la bouche
  • L
 
         
 
 


RetourLes parents et le mutisme sélectif

Le mutisme sélectif sème souvent de la confusion et de la frustration chez les parents. Ces derniers décrivent souvent leur enfant comme étant un moulin à paroles à la maison alors que les intervenants scolaires leur dressent un portrait d’un enfant totalement effacé et très silencieux. Bien que la problématique de l’enfant ne se vive pas à la maison, il est essentiel que les parents s’impliquent activement afin d’aider leur enfant.

Voici donc quelques conseils destinés aux parents afin d’éviter de renforcer le mutisme de leur enfant :

- Évitez de banaliser le problème et de penser que le problème se résorbera avec le temps. Il faut intervenir tôt. Lorsqu’un enfant demeure muet plus d’un mois, il faut rapidement intervenir.

- Ne forcez pas votre enfant à parler.

- Évitez d’émettre ou de tolérer des commentaires désobligeants provenant de l’entourage à son égard (ex. : « Tu ne me parles jamais. », « Est-ce qu’on a volé ta langue? »).

- Sensibilisez et informez les gens de l’entourage sur ce qu’est le mutisme sélectif.

- Faites-lui remarquer des activités ou choses dans lesquelles il est bon…Valorisez autre chose que la parole!!! Il a sûrement des aptitudes dans d’autres domaines : dessin, bricolage, sports, musique, etc.

- Encouragez les interactions sociales en invitant de bons amis de sa classe à venir à la maison. Ainsi, le transfert de la parole de la maison à l’école risque de se faire plus facilement.

- Parlez à votre enfant du mutisme et montrez-lui que vous êtes confiant qu’il réussira à surmonter ce défi avec le temps. Soyez positif!

À cet effet, le livre « Aider son enfant à surmonter le mutisme sélectif », d’Angela McHolm, Charles Cunningham et Mélanie Vannier, est paru en novembre 2010. Il se veut un guide pratique pour aider son enfant à surmonter sa peur de parler.



publié par: Brigitte Chaput | Orthophoniste | Les Jeux de Bri-Bri Inc.


J'ai souffert de ce syndrome quand j'étais petite et je m'en suis trrrès bien sortie... J'ai mérité nombre de copies parce que je parlais trop en classe!

commenté par: Mélanie Duguay le 20-04-2011

bonjour Mélanie
ma fille de 12 ans en est atteinte.quel a été le déclic chez vous pour passer du silence à la parole?
merci

commenté par: france le 05-09-2011

Bonjour,
Je suis la maman de 2 enfants (9&6ans), notre fille qui a 6 ans fait du mutisme sélectif depuis 1an et demi.l'année dernière elle n'a jamais pu parler à sa maitresse. Depuis 1an elle est suivie par une Pédopsy et elle s'ouvre très lentement .
À la maison c'est elle qui parle le plus :-)
Il nous a été très difficile de communiquer avec l'établissement scolaire et les maitresses qui ne voulaient pas comprendre le problème.
Le MS est très méconnu et après plusieurs recherches sur internet nous avons trouvé une association formidable.
Et aujourd'hui je découvre votre site. Merci.

commenté par: Corinne le 19-10-2011

J'espère que notre blog vous aidera et que votre fille surmontera son mutisme sélectif. Bonne chance!

commenté par: brigitte le 22-10-2011

Ma fille de 5 ans souffre du mutisme sélectif depuis son entree à l'école il y a plus de 2 ans, qui correspond aussi à notre arrivée en France. Avant nous vivions aux USA et ma fille ne connaissait que très peu la langue francaise... Elle ne parle pas aux adultes, et très peu aux enfants. Meme si elle a 3-4 bons amis.

Je dois dire que je suis de plus en plus ennuyé par son mutisme, et je ne sais plus que faire. Elle voit régulièrement une psychologue depuis pres d'un an, avec qui elle parle.

..... comment l'aider? Elle souffre, je le vois bie, de cette situation....

Merci....

commenté par: vbatoll le 05-01-2012

Je crois qu'il est important d'aller voir les professionnels et les divers intervenants de l'école de votre fille puisqu'ils ne connaissent pas toujours ce qu'est le mutisme sélectif et surtout comment intervenir. Je vous propose d'aller sur le site de l'association française OUVRIL LA VOIX. Vous y trouverai de l'information, plusieurs documents explicatifs ainsi qu'un "Kit École" que vous pouvez télécharger gratuitement: http://ouvrirlavoix.sitego.fr/
Bonne chance!

commenté par: Brigitte le 25-01-2012

Bonjour! Vous parlez de mutisme à l'école et de placotte à la maison...moi je vis le contraire..au dire des profs ma fille fonctionne bien..à part ses problèmes d'apprentissage. À la maison c'est tout autre. On lui parle elle ne répond pas...je lui demande un petit service...il lui faut 3 fois plus d'énergie que son frère. Quand elle voit qu'elle est dans l'eau chaude parce que je chicane...et je suis tannée de son silence...elle peut faire tout ce que je lui demande mais il faut que je l'oblige à faire quelque chose. Personnellement, je crois qu'elle n'a jamais acceptée d'être adoptée...pourtant son frère jumeau (adopté au meme moment) fonctionne bien autrement. Elle ne répond jamais à quelqu'un qui lui dit bonjour...elle ne sourit jamais..je pense meme la placer..Je ne suis plus capable d'endurer son silence! Que feriez-vous à ma place???

commenté par: Chantal le 21-02-2013

Cette problématique est tout à fait à l'inverse du mutisme sélectif... Par conséquent, le silence de votre fille ne pourrait être considéré comme du mutisme sélectif. Il est donc très difficile pour moi de vous conseiller. Je vous suggère plutôt de vous tourner vers le CLSC de votre quartier afin de recevoir des services appropriés pour votre fille et votre famille(psychologue, éducateur, psychoéducateur, etc.). Bonne chance!

commenté par: Brigitte le 25-02-2013

Bonjour, A l'age de 2ans ,ma fille qui était garder par sa nounou ne lui a plus parler du jour au lendemain, nous avons été mis au courant de la situation un mois et demi apres ! Ma fille a alors élargie le cercle de son mutisme à un peu pres tout le monde y compris ses parents, sa soeur et le cercle de la famille! Nous l'avons retiré de chez la nounou et confié à sa mamie jusqu'a ses 3 ans. Il a bien fallu quelques semaines pour qu'elle retrouve confiance en nous et qu'elle nous re-parle! aujourd'hui elle est a l'école,elle ne parle pas à sa maitresse, absolument pas au personnes qu'elle ne connait pas, mais reste très anjouée,curieuse, dit "bonjour" et "aurevoir" à la boulangère! elle joue et communique avec nos amis et les enfants de nos amis! Mais nous avons quelques fois beaucoup de mal à la comprendre! Je suis inquiète pour sa scolarité, pour le retard qui se creuse entre elle et les autres élèves de sa classe! je suis inquiète pour ma fille qui me donne l'impression de ne pas vouloir grandir!

commenté par: stephanie le 12-04-2013

Bonjour Stéphanie, Je ne sais pas si votre fille a vécu un événement traumatisant chez sa nounou pour devenir mutique du jour au lendemain. Quoiqu'il en soit, vous n'avez aucun contrôle sur le passé et devez dorénavant jongler avec son mutisme et ses conséquences dans le présent. Pour ce qui est de son silence à l'école, vous pouvez jouer un rôle primordial dans l'introduction de la parole en classe. Vous avez déjà une longueur d'avance puisque vous reconnaissez le mutisme chez votre fille et le prenez au sérieux...ce qui est très important! D'abord, je vous suggère d'aller sensibiliser les intervenants de l'école sur le mutisme sélectif et les attitudes à adopter avec elle. Ensuite, établissez un plan d'action avec l'école. Par exemple, je vous suggère de demander la permission de venir dans la classe avant ou après l'entrée des élèves afin de vous amuser avec votre fille sans le regard de quiconque. Graduellement, vous pourriez intégrer un autre membre de la famille, une amie ou une cousine avec qui votre enfant parle à la maison. Ensuite, vous pourrez passer à un compagnon de classe qu'elle apprécie, puis à un autre compagnon afin de varier ses partenaires de communication. Elle se mettra peut-être à leur chuchoter ou leur parler en classe. L'enseignante pourra aussi être introduite lorsque son anxiété en lien avec le fait de parler dans le contexte de la classe aura diminué. À la maison, vous pourriez inviter un copain de classe à jouer. Ce lieu étant moins anxiogène, elle aura plus de chance de lui parler. Par la suite, elle se mettra peut-être à lui parler en classe. Finalement, continuez à l'encourager à parler ou simplement saluer les gens dans vos activités quotidiennes (ex.: boulangerie, restaurant, crèmerie, épicerie, piscine, etc.). Voilà...je vous souhaite bonne chance!

commenté par: Brigitte le 17-04-2013

Bonjour, mon fils a maintenant 14 ans e il souffre de mutisme sélectif depuis qu'il a 3 ans. Il n'a jamais parlé à ses professeurs, Par contre il parle avec nous et avec ses amis. Nous avons toujours bien "dealer" avec le problème car j'ai toujours été parent bénévole à l'école sauf que maintenant il va au secondaire et que ce n'est plus possible d'être aussi présente à l'école. Nous venons de consulter en psychologie pour une évaluation psychologique dans le but d'avoir un plan d'intervention à l'école car ca ne va pas bien du tout en classe et que les professeurs ne comprennent pas vraiment ce problème. J'aimerais savoir quelles sont les autres options qui s'offrent à nous pour pouvoir l'aider. Merci à l'avance ... Nous sommes de la région de Lanaudière.

commenté par: sophie le 25-02-2014

Bonjour Sophie,

Le mutisme sélectif est encore une problématique assez méconnue. Par conséquent, les enseignants et même les professionnels ne se sentent pas toujours bien outillés pour « dealer » avec ces enfants, surtout lorsque l'enfant passe au secondaire. Généralement, mieux vaut intervenir le plut tôt possible afin que le mutisme ne soit pas trop encré dans le comportement de l'enfant. On retrouve donc plus de cas de mutisme au primaire, soit dès leur entrée à l'école. Comme je travaille en milieu scolaire au primaire, je suis loin d'être une experte auprès de la clientèle adolescente... Toutefois, j'imagine que les principes de base demeurent les mêmes. Un avantage avec un enfant plus vieux est la possibilité de pouvoir discuter et questionner l'enfant quant à son mutisme. Ce dernier aura plus d'aisance à fournir les réponses et à faire de l'introspection.

Si votre fils parlent à tous à l'exception des enseignants de son école...je vous propose quelques idées. N'oubliez pas que votre fils doit TOUJOURS être mis au courant de vos démarches et EN ACCORD et À l'AISE pour faire des tentatives:
- Prévoir une rencontre avec le ou les enseignants en votre présence (un à la fois de préférence si votre enfant est embarrassé par la présence de plusieurs enseignants). Généralement les enfants vont avoir tendance à parler ou du moins à ressentir moins de stress si les parents sont présents. Il est PRIMORDIAL de connaître les impacts de son mutisme à l’école afin de ne pas compromettre sa réussite scolaire. Vous pourrez ainsi discuter des ADAPTATIONS possibles en classe en lien avec son mutisme.
- En attendant l'arrivée de la parole, il pourrait communiquer avec ses enseignants de manière non-verbale. L'important, c'est d'établir la communication quelque soit la manière, surtout si votre fils présente des difficultés sur le plan scolaire. Il pourrait d'abord leur écrire par courriel. S’il est à l’aise, il pourrait également leur faire une petite vidéo sur lequel il parlerait.
- En classe, s'il a des questions, il pourrait apporter un mot écrit à son enseignant ou demander à un ami d’aller poser ses questions…donc via un intermédiaire. Par conséquent, il faudrait si possible privilégier de l’asseoir à côté d’un copain.
-Si les exposés oraux représentent des défis de taille et qu’ils sont obligatoires, votre fils pourrait se filmer à la maison ou bien présenter son exposé devant quelques élèves seulement en présence ou non de l’enseignant. Si l’enseignant est absent, ce dernier pourrait par ailleurs le filmer afin de lui permettre d’évaluer bien évidemment sa performance !


 
Finalement, je vous suggère fortement de faire de la sensibilisation auprès des enseignants en leur fournissant un petit document explicatif pour démystifier ce qu’est le mutisme sélectif et les comportements favorables à adopter ! Voici un lien utile: http://ouvrirlavoix.sitego.fr/fichiers_sites/25617/depliantecolenew.pdf

Parcourez le site « Ouvrir la Voix » car une panoplie de documents y est ! Une mine d’informations!
 
Brigitte Chaput, orthophoniste


commenté par: Brigitte le 03-03-2014

Bonjour, ma fille est en CP et depuis la petite section maternelle, n'a pas dit un seul mot, j'ai été interpellée en 2nde année de maternelle par son silence par son institutrice, à la maison elle est même bavarde ainsi qu'a l'extérieur pendant les courses, mais dès qu'elle met le pied dans l'enceinte de l'école c'est le silence total même avec ses camarades de classe. Elle souffre de ne pas avoir de copines en récréation, elles lui font du chantage : on joue avec toi si tu parles : elle me dit que les mots refusent de sortir de sa gorge. La maîtresse en CP ne me croyait pas quand j'expliquais qu'elle n'est pas muette. Il a fallu que je la prenne avec mon portable en vidéo en train de lire à la maison pour convaincre sa maîtresse. J'ai vu la psychologue de l'école primaire mais ils ont peu de budget pour intervenir, je suis en attente d'un rdv avec le pédopsychiatre et un rdv avec le cmp.
Je suis désemparée ma fille est même en échec scolaire. J'ai racheté tous les livres scolaires à la maison et elle fait très bien ses exercices alors qu'à l'école c'est feuille blanche. L'orthophoniste que j'ai contacté par téléphone me dit que c'est pas son domaine mais m'a dirigée plutôt vers le pédopsychiatre.

Besoin de beaucoup de conseils SVP merci.

commenté par: sabbrine@live.fr le 21-03-2014

Bonjour Sabbrine,
 
En tant que parent, vous jouerez un rôle indispensable et vous aurez sûrement à veiller à orchestrer en grande partie les différentes actions ainsi que les gens qui auront à s’impliquer. Voici quelques conseils pour aider votre fille à surmonter son mutisme :
 
 - La sensibilisation des copains de sa classe, en l’absence de votre fille, sera vraiment importante, surtout que certaines lui mettent déjà de la pression et marchandent pour qu’elle leur parle. Évidemment, c’est sûrement sans mauvaise intention, mais ce comportement pourrait contribuer à aggraver la situation. Donc, il serait primordial que vous ou l’enseignante de sa classe explique à ses camarades les attitudes à adopter pour aider votre fille à l’école. Voici le lien vers un document destiné aux intervenants scolaires : http://ouvrirlavoix.sitego.fr/fichiers_sites/25617/depliantecolenew.pdf. Il faudra aussi bien avertir les divers intervenants scolaires que les progrès sont souvent subtils au fil des jours et que le mutisme ne se règle généralement pas en criant « Ciseaux! ». Chez certains enfants, plus d’un an peut s’écouler avant qu’ils deviennent complètement à l’aise à l’école, tant avec les élèves que les adultes. Tous doivent donc s’armer de patience!
 
- Des visites à l’école sont une façon très efficace, si celles-ci sont bien planifiées et si au départ, l’un ou les deux parents sont présents. Je vous suggère de commencer à vous rendre sur la cours d’école durant le weekend et de vous amuser à une activité ne demandant pas nécessairement la parole. Par exemple, vous pourriez jouer au ballon, à la corde à danser ou à la marelle. Ne dites surtout pas à votre enfant que c’est dans le but qu’elle parle car ça lui mettrait de la pression. Dans un deuxième temps, vous pourrez lentement commencer à entrer à l’intérieur des murs de l’école, mais avant ou après l’école, pour éviter les heures d’achalandage où votre fille risque d’être vue et entendue des élèves. Évitez au départ sa classe, qui représente le lieu le plus « stressant » pour votre fille. Privilégiez des endroits qu’elle fréquente peu ou pas, en progressant lentement vers des lieux plus connus (ex. : bibliothèque, gymnase, salle de musique, etc.) et pour finir avec sa salle de classe. À chaque visite, organisez une activité qui ne demande peu ou pas de parole (ex : bricolage, lui lire une histoire, résoudre des devinettes, jeu de cartes ou de table) en progressant vers des choix d’activités requérant de plus en plus de parole (ex : élaborer des devinettes, répondre à des questions, expliquer un jeu, raconter une histoire).
 
- Des invitations à la maison d’amis, de préférence des camarades de classe, est une excellente façon de briser la glace. Choisissez des d’enfants dont votre fille vous parle souvent en bien, qu’elle considère comme étant des amis ou dont vous avez l’impression qu’elle aimerait développer une amitié. Lors des premières visites à la maison, privilégiez des activités qui ne nécessitent pas de parler (ex. : bricolage, cuisiner une recette, peinture, coloriage, jeu de mémoire, jeu « Cherche et Trouve ») et soyez présent afin d’agir comme intermédiaire. Votre fille ne parlera peut-être pas lors de la première visite, alors il peut être pénible pour le compagnon de parler et de ne recevoir en échange que des silences. Commentez ce qui se passe et faites participer votre enfant de manière non verbale. Surtout, ne mettez aucune pression à votre enfant en lui disant des commentaires tel que « Tu dois parler à ton amie sinon elle ne voudra plus revenir et tu lui feras de la peine.» Après quelques rencontres, votre fille commencera sûrement à émettre quelques mots, ce qui vous permettra d’introduire des activités plus verbales. Sachez que même si votre fille parle à la maison à des camarades de classe, elle ne va pas nécessairement se mettre à leur parler à l’école. Par contre, ces enfants joueront peut-être un jour un rôle clé à l’école. Ce sera sûrement à ces amis qu’elle s’adressera en premier!
 
- La participation à des activités communautaires (ex. : cours de karaté, de danse ou de gymnastique, activités de lecture à la bibliothèque, fêtes de quartier) ou des activités parascolaires qui requiert peu ou pas de parole peut aussi être une bonne façon d’encourager votre fille à vivre des expériences diverses et interactives avec des enfants. Pour augmenter les chances qu’elle se mette à parler à l’école, privilégiez les activités où il y a des enfants de sa classe qui y participent aussi.
 
Bonne chance à vous!


commenté par: Brigitte le 30-03-2014

Bonjour, Mon fils de 4 ans est atteint de mutisme selectif depuis son entrée à l'école. En PS il ne parlait qu'à un seul camarade et la maitresse n'a jamais entendu le son de sa voix, mais elle m'a toujours dit ne vous inquiété pas il est timide sa va venir tout seul. Au mois de Juillet nous avons déménagé dans un autre département, ce qui n'a surment pas facilité les choses car il ne parle toujours pas sauf dans la cour avec ces copains. La maitresse a enfin mis un nom sur ce qu'il avait en me parlant de mutisme sélectif et m'a rassuré en me disant qu'il existe des solution. Je suis allée pendant 4 matinées avec en classe ou il a commencé à parler puis apres plus rien sa reccommence. En accord avec sa maitresse nous avons decidé de faire une demande auprès du RASED pour qu'il puisse avoir de l'aide à la prochaine rentrée. Voilà beaucoup de personnes ne comprenne pas ce probleme et je ne sais vers qui me tournée et commence sérieusement à me faire du soucis.

commenté par: Capucine le 12-06-2014

Bonjour Capucine,
Il est malheureusement vrai que le mutisme sélectif est peu connu. Souvent on constate que l’enfant ne parle pas à l’école ou à la garderie, on arrive à mettre le nom sur la problématique, mais rare sont ceux qui savent comment intervenir. Ces gens se sentent souvent aussi dépourvus que les parents. Je constate quand même deux points positifs chez votre fils : il parle déjà à un copain à l’école et il est parvenu à vous parler en quelques rencontres seulement dans le lieu le plus anxiogène…sa salle de classe. Il en demeure que son défi de parler à l’école n’est pas encore parfaitement relevé et que la longue période des vacances estivales est commencée. Afin que votre fils continue de cheminer avant son retour en classe, voici quelques conseils :

- Inviter à la maison le camarade à qui il parle déjà et d’autres enfants qu’il apprécie ou considère comme des amis.

- Encourager votre garçon à participer à des activités où il sera entouré d’enfants de son âge, particulièrement des camarades de classe, afin qu’il ait des occasions pour se pratiquer à interagir (ex : sorties à la piscine ou la bibliothèque municipale, cours de football, fêtes de quartier, camp d’été, etc.).

- Profiter de l’absence des intervenants scolaires et de toute la camaraderie pour vous amuser sur le terrain de l’école et mieux apprivoiser ce lieu (ex. jouer au ballon, au football, à la corde à danser, dans les modules de jeux, faire un piquenique, etc.).

- Discuter à l’avance, mais de façon très calme et détendue, de la prochaine année scolaire : des camarades qu’il retrouvera, du déroulement de la première journée d’école, de ce qu’il aimerait apprendre, de son futur enseignant, etc.


- Contacter le directeur de l’école durant les vacances, puisque ce dernier est généralement en vacances durant quelques semaines seulement. Vous pourriez lui faire quelques demandes précises afin de bien préparer votre fils au changement de classe.
        o Connaître à l’avance le nom du futur enseignant de votre fils. Il serait très important que ce dernier reçoive de l’information sur le mutisme sélectif ainsi que sur les bonnes attitudes à adopter avec votre enfant avant l’entrée scolaire.

        o Demander à ce que les enfants avec lesquels votre enfant parle avec aisance puissent être dans la même classe, si possible. Au début de la nouvelle année scolaire, un bon ami pourrait être son voisin de bureau.

        o Déterminer le meilleur emplacement dans la classe pour votre fils (voir cette chronique : http://blogorthophonie.com/chronique-2152)

        o Permettre à votre garçon de venir faire une ou quelques visites avant l’entrée des enfants afin d’aller visiter sa nouvelle salle classe et, si possible, faire la connaissance de son nouvel enseignant. Si votre fils parle à un camarade de sa classe, ce dernier pourrait aussi l’accompagner lors d’une visite.   

       o Planifier une première rencontre en début d’année scolaire avec la direction et les principaux intervenants qui travailleront avec votre enfant afin de les sensibiliser et les informer sur le mutisme sélectif. Par la suite, vous aurez à discuter d’un plan d’action.

 

Bonne chance!


commenté par: Brigitte le 01-07-2014

Ma fille de 11 ans atteinte de mutisme sélectif des la 2ème année de maternelle. Peut-être avant mais les médecin ne savent pas, ils disent de l'envoyer un hôpital de jour et à vous de trouver et de prendre rendez-vous. Je suis en colère et surtout cette année, à l'hôpital de jour, ils lui font faire des choses comme jouer a l'ordinateur à cause d'un manque de personnel non remplacé. MA FILLE cette année est en classe de clis classe tous les niveaux du cp au cm2. Elle n'a jamais parlé à l'école ni à ses camarades ni au instit. En plus, la classe de clis devrais avoir un ou une instit spécialisée, mais non, 4 ans que la classe existe 4 différents. Rien est fait par l'éducation nationale et autre.

commenté par: VONIE le 09-10-2014

Bonjour,

je viens de comprendre que ma fille souffre du mutisme sélectif. Elle a 4ans et demi et ne parle pas à l'école. Elle n'a en fait jamais parlé en dehors du cercle familiale: ses parents et ses frères, elle ne parle pas au reste de la famille proche. Nous avons toujours pensé à de la timidité bien évidemment car son grand était pareil mais peu à peu en grandissant il s'est ouvert.
Nous nous sommes expatriés depuis un an et demi. Elle reçoit un enseignement bilingue français/arabe.
Ma fille a fait la petite section, lors de laquelle elle a fini par parler en fin d'année tout bas à l'oreille de sa maîtresse qu'elle appréciait énormément. Elle est à présent en moyenne section où elle ne parle pas du tout mais cela ne se passait pas bien avec la maîtresse de français, cette dernière a été remplacée et la nouvelle maîtresse insiste plus pour que ma fille parle. Ces deux derniers jours elle a eu trois accidents pipi dans la culotte alors que ce n'était jamais arrivé auparavant. Elle n'ose pas dire qu'elle a besoin d'aller aux toilettes. Le problème s'empirant c'est ce qui m'a poussé à faire des recherches et c'est là que j'ai découvert que dautres enfants étaient comme la mienne et que j'ai enfin mis un nom sur ce trouble.
Bien sûr à la maison, c'est une petite fille pleine de vie qui aime chanté joué et qui a plutôt un caractère bien trempé ce qui est assez déroutant face à son attitude à l'extérieur.
Voilà pour mon histoire, j'avoue que je suis encore un peu sous le choc de cette nouvelle, un peu perdue et désemparée.
Je me sens seule pour résoudre ce problème car il faut agir mais comment??
Je suis preneuse de tous conseils.

Merci d'avance

commenté par: Justine le 20-03-2015

Bonjour Justine,
Je vous suggère fortement de vous rendre sur le site suivant: http://ouvrirlavoix.sitego.fr/
Vous y trouverai une tonne d'informations sur le mutisme sélectif. Il s'agit d'un groupe d'entraide et d'information et ils ont plusieurs feuillets d'information spécialement destinés aux parents, intervenants et enseignants afin de les aider à bien intervenir et connaitre ce qu'est le mutisme sélectif. Je vous suggère aussi d'imprimer les conseils destinés spécialement aux enseignants sur le blogue: http://www.blogorthophonie.com/chronique-2200
C'est important d'informer le plus de gens autour de vous, surtout les enseignants qui travaillent avec votre fille. Plusieurs autres chroniques ont été écrites sur le mutisme sélectif. Vous n'avez qu'à cliquer sur l'onglet "orthophonie", puis "mutisme sélectif".

Bonne chance à vous!


commenté par: Brigitte le 02-04-2015

Bonjour Justine,
Je vous suggère fortement de vous rendre sur le site suivant: http://ouvrirlavoix.sitego.fr/
Vous y trouverai une tonne d'informations sur le mutisme sélectif. Il s'agit d'un groupe d'entraide et d'information et ils ont plusieurs feuillets d'information spécialement destinés aux parents, intervenants et enseignants scolaires afin de les aider à bien intervenir et connaitre ce qu'est le mutisme sélectif. Je vous suggère aussi d'imprimer les conseils pour les enseignants: http://www.blogorthophonie.com/chronique-2200
C'est important d'informer le plus de gens autour de vous, surtout les enseignants qui travaillent avec votre fille.
Bonne chance à vous!

commenté par: Brigitte le 02-04-2015

bonjour,
Mon fils de 8 ans est ne aux etats unis (expats). Nous sommes rentres en France quand il avait deux 2 ans. A l'age de 5 ans nous avons ete de nouveau mutes a l'etranger et il est entre en grande section de maternelle dans une ecole internationale dans laquelle l'enseignement etait en anglais. Il n'a pas parle dans le cadre de l'ecole, ni avec ses professeur, ni avec les eleves, durant ces deux annees scolaires (5 ans a 7 ans). Nous avons du prendre la decision de rentrer en France. Des la rentree, son mutisme s'est discipe et il n'a eut aucun mal a s'acclimater a sa nouvelle classe, dans laquelle il participle activement (il a parle des le premier jour comme si son mutisme n'avait jamais existe). Ma question est la suivante: après un an en France, on propose a mon mari un poste a l'etranger, mon fils y sera dans une ecole americaine (il maitrise desormais l'anglais). Y a t-il pour lui un risque de recidive? Nous hesitons beaucoup a cause de cela. Pourriez-vous me donner un conseil? merci beaucoup.

commenté par: delphine le 12-04-2015

Bonjour,
Il n'y a aucun enfant pareil donc il en est de même pour les enfants ayant un mutisme sélectif. Par contre, une période de silence est normale chez les enfants allophones confrontés à une nouvelle langue. Par contre, celle-ci n'aurait pas due se prolonger sur une aussi grande période. Il faut toutefois tenir compte de divers facteurs dont le contexte migratoire... Une préparation au changement de pays sera requise, bien évidemment. Comme votre enfant a vécu de bonnes expériences de communication en français en France, sa crainte de parler sera peut-être moindre. Il aura également plus de chance de se sentir compétent puisqu'il maitrise dorénavant l'anglais.

commenté par: Brigitte le 24-09-2015

Bonjour,
Je viens de lire tout vos commentaires et je crois bien que notre fils est atteint de mutisme sélectif.
Pour L historique, notre fils a eu toute une année de bilan à L hôpital car il a marché très tard à L aide de séances de Kine. Ils lui ont trouvé une hyperlaxite, et du coup a pris du retard dans ses apprentissages. Actuellement, il est suivi par une orthophoniste et une psychomotricienne et est en PSM à L école. L institutrice a remarqué son retard de langage et nous a fait remarquer que notre Loulou ne parle pas en classe. Nous avons mis cela sur L entrée à L école. Mais L orthophoniste et la Psychomot' nous disent également que Loulou ne parle quasiment pas avec elles ( il chuchote). A la maison, avec ses grand parents il parle, et avec nous bcp. C est un peu frustrant devant le discours des professionnels... Il progresse ms ne montre pas tout ce qu il sait faire à L extérieur.
Un bilan chez le neuro pédiatre est prévu en septembre ainsi qu orl et ophtalmo.... De plus je travaille en Pedopsychiatrie et j avoue que j angoisse un peu vis à vis d un diagnostic....
Que faire?
Merci de votre attention

commenté par: Pascale le 31-05-2016

AJOUTER UN COMMENTAIRE  |  PARTAGER Partager sur Facebook Partager sur Twitter
 
 

Les Jeux de Bri-Bri Inc.

Symbolicone - Jeux pour stimuler le développement du langage

Caouette, Hélène Orthophoniste







Parcours d
 
 

Pour tout commentaire, suggestion ou question à propos du blog ou bien pour mettre une annonce,
vous pouvez nous contacter à